Éditorial 2012

1 janvier 2012
image3-edito2012-sacrecoeur_400px«Que pensez-vous de la corruption?» m’a demandé, en guise d’introduction, un avocat célèbre du Québec qui voulait à tout prix m’emmener à une émission télévisée à l’automne 2007 (il était intrigué par les pressions subies en coulisses par mon livre «L’Opération esthétique» qui faisait alors la manchette des médias québécois). «Je préfère la puissance de l’amour à l’amour du pouvoir», ai-je répondu. «Vous savez, il me suffit de prendre le téléphone et d’appeler tel ministre pour bloquer n’importe qui» a rétorqué l’avocat, croyant m’intimider. Refusant de céder, j’ai choisi, comme toujours la voie de la vérité, dont le prix est superlatif, mais les récompenses sublimes en bout de ligne. Le salut n’est guère dans la fuite, comme le pensent les âmes cupides, qui un jour ou l’autre se font défroquer puisque la Justice divine frappe durement quand le moment est arrivé.  Et Dieu tient son agenda, croyez-moi! «Votre affaire était politique» a fini par m’avouer le même avocat, le jour -trop tard, hélas- où je suis parvenue à le coincer (via mon procureur, qui était aussi un de ses employés!). Il ajouta : «Soyez contente d’avoir eu tous les gros médias et une heure chez Denis Lévèsque, pour ma part je n’ai obtenu qu’un quart d’heure d’entrevue». «Vous n’avez rien compris, ai-je dit. Mon mobile n’est pas une réussite égocentrique, sinon l’appel d’une mission de vie.» Impossible de s’entendre lorsqu’on n’est pas sur le même plan de conscience. Vous lirez l’histoire au complet dans mon nouvel ouvrage à paraître : TOUTE LA VÉRITÉ SERA DITE (*), qui sera publié en e-book, sous forme de journal intime, pour faire suite aux «Hantises amoureuses». Car on a le devoir de dire la VÉRITÉ même si les loups hurlent à la diffamation, au harcèlement (la belle excuse!) ou nous accusent de folie et de paranoïa tant est grande leur peur d’être démasqués (les émotions sont la cible favorite des manipulateurs publics)… Sans compter l’honteuse intimidation des gens du mensonge pour nous épuiser tant financièrement que psychiquement. Comme toujours, les noms des loups (et des louves!) seront changés dans le livre, tandis que ceux des gens vrais n’ont pas besoin d’être trafiqués (dommage car les noms des uns et des autres sont d’ailleurs, dans la réalité, merveilleusement prédestinés!) Presque cinq ans ont passé, donc, avant que je ne réactualise l’édito de notre site internet (vous trouverez l’ancien édito ci-après, car il comporte des informations pertinentes). C’est qu’il fallait du temps pour essuyer la poussière, du temps pour digérer l’incroyable saga dans laquelle m’a entraînée mon livre phare, «L’Opération esthétique», étouffé (en apparence seulement) après une procédure de plusieurs années qui vient d’achever. Chers lecteurs, je vous annonce que j’ai repris les droits de tous mes livres, que vous pourrez maintenant vous procurer via les librairies numériques (Apple, Amazon, Kobo, Barnes & Noble), et via la page Achats en ligne où vous trouverez plusieurs façons d'obtenir mes livres en ligne ou en boutique. Je vous explique. Pendant ces cinq ans, soit de 2007 à 2012, j’ai naturellement poursuivi mon journal intime, qui constitue la trame de mes ouvrages, puisque je ne sais écrire que la vérité. À ma grande surprise, ma médiumnité s’est singulièrement affinée pendant la procédure juridique. Tandis que mes rêves, quasiment tous prémonitoires (depuis mon opération expérimentale des implants temporaux –le clou du livre-) m’ont révélé petit à petit la trame des enjeux qui sous-tendaient le boycot quasiment désespéré de «L’Opération esthétique» par ceux qui avaient intérêt à camoufler la vérité. Mon avocat en était particulièrement troublé, car toute la procédure nous était pratiquement «dictée» et nous voyions les scélérats comme au cinéma. (Je commence seulement à apprivoiser cette étrange médiumnité qui tisse mes ouvrages, car comme vous savez je n’aime pas trop écrire en réalité, et n’ai aucune imagination pour romancer). Entretemps, et grâce à mes providentiels «guides angéliques» (que mon esprit scientifique croit parfois avec réticence!), j’ai pu comprendre les mobiles politiques et économiques de ceux qui ont tenté de griller «L’Opération esthétique». À leur habitude et au moment propice, les anges de lumière me pressent maintenant de rédiger la suite de cette folle saga, milliers de pages à résumer, recensant fidèlement les multiples «révélations» et nouvelles coïncidences époustouflantes qui m’ont accompagnée dans la sortie de l’abîme. Le plus dur, au moment de la procédure, était de voir les gens du mensonge continuer à prospérer sans vergogne sur la place publique. On dit que les loups se regroupent entre eux : soudain, les opposants (faux prophètes et mondains matérialistes) devenaient amis. J’ai appris là l’une des plus dures leçons de ma vie. Le chemin que j’avais choisi n’était pas facile, mais jamais je n’aurais à rougir. En quelque sorte, la procédure était un «remake» de «L’Opération esthétique» montrant à quel point la corruption ronge tous les milieux, que ce soit la politique, le nouvel âge (les faux prophètes ou loups spirituels), le pouvoir blanc, les médias ou la justice. Se taire, c’est laisser faire, et par chance les magouilles éclatent maintenant de partout. Le temps est venu d’écrire les faits qui, malgré mon insistance, n’ont jamais suscité d’enquête alors que la cause nous était servie sur un plateau pour saisir d’un coup tous ceux qui avaient intérêt à étouffer «L’Opération esthétique». Pourquoi un auteur devrait-il payer les coûts de la négligence? Subir des menaces d’attaque, alors qu’il ne fait que dire la vérité en toute loyauté? D’autant plus quand le mensonge ne tient plus, et que la façade se fissure de toutes parts. Si chacun de nous osait la vérité, et le petit geste qui change tout, tant d’énergie ne serait pas gaspillée à tenter de cacher la vérité (qui finit toujours par exploser, d’autant plus fort qu’elle a été réprimée), et le monde serait peut-être sauvé, puisque la multiplication des êtres fait les nations. Seule la vérité rend libre, ne l’oubliez jamais. Sur la justice des hommes, la vie a toujours le dernier mot, d’autant plus cinglant qu’il aurait pu être évité avec un peu d’humilité et de vérité. Maintenant je suis capable de rendre grâce à mes «ennemis», de leur pardonner, et de leur dire merci. Il faut croire que le destin me prédestinait «à être volée» comme m’a dit un songe, pour que je relate, tel Chaperon Roux, mes aventures dans des livres… Merci donc à la vie de m’avoir conçue naïve et candide. Mais oui, chers lecteurs, nos meilleurs «maîtres» sont nos ennemis (à croire qu’ils connaissent leur rôle prédestiné aussi, l’un -ou plutôt l’une- d’eux m’ayant même suggéré que «l’histoire était écrite et que je devais la laisser se dérouler à son rythme» !). Ainsi, ceux que nous croyons nos ennemis nous forcent à comprendre, à grandir, à saisir le sens au-delà de l’absurde, de ce grand théâtre qu’est notre vie. «Écris ça dans le livre» m’enjoignaient, à ma surprise, des acteurs principaux qui jouaient plutôt un rôle ingrat dans plusieurs de mes ouvrages… À croire que les «anges noirs ou déchus» ont, eux aussi, une mission incontournable pour que triomphent les vertus! Voici donc le titre de mon prochain livre, dont vous lirez le synopsis sur ce site.

TOUTE LA VÉRITÉ SERA DITE

Après l’intimidation directe des hommes, il est temps maintenant que se dévoile l’univers trop bien caché de la manipulation sournoise des femmes. Et que la femme cesse d’être un loup pour la femme.